L’origine géologique de la grotte Atta

On trouve de telles grottes naturelles seulement dans les roches calcaires (karst) qui se sont formés dans des zones de récifs de corail de la mer dévonienne (le dévonien = 3ème ère de l’antiquité de l’histoire de la terre).

Les roches hydrosolubles les plus importantes sont le calcaire et le karst. Ce n’est pas l’eau pure qui les agresse, mais l’eau de pluie n’est pas chimiquement pure. L’eau de pluie absorbe du dioxyde carbone (CO2) de l’air et du sol recouvert de plantes. La liaison agit comme un acide sur la roche et creuse la pierre calcaire. Un réseau d’artères d’eau qui creuse des cavités de plus en plus grandes se forme. En raison de l’attraction terrestre, l’eau se fraye son chemin de plus en plus profondément dans la terre. Les parties supérieures du système sont vides. Des grottes naturelles naissent.

Celui qui entre dans une grotte naturelle sera surpris de voir le grand nombre de formations rocheuses (concrétions). La formation de concrétions équivaut au procédé inverse de formation de grottes naturelles. L’eau et le CO2 détachent des petites parties du massif rocheux et transportent le calcaire en profondeur. Dans les cavités souterraines, l’eau libère du CO2 et ne peut plus maintenir le calcaire. Il s’échappe le long du parcours par lequel l’eau s’écoule.

Quand le dépôt se produit sous l’eau, de beaux cristaux se forment. Si l’eau s’égoutte directement dans un espace d’air, des colonnes montantes (stalagmites) ou tombantes (stalactites) se forment. Si le calcaire est éliminé le long du parcours de l’eau sur le toit rocheux, des concrétions sous forme de drapeaux se forment (rideaux). La croissance de ces formations est évaluée à en. 1 mm tous les dix ans.